B-- "Taxonomie des sources"

 

1. Plusieurs aspects à souligner d'entrée

* classe-t-on des sons ou des descripteurs ?
Puisqu'on s'occupe d'une taxonomie des sources, on classe des descripteurs causaux..

* il est impossible de faire une taxonomie générale de toutes les sources possibles - autant réécrire une encyclopédie.
On recherche plutôt les liens possibles entre les sources, des modes de représentation, de classement...

* plutôt l'ergonomie que la rigueur
Puisque cette taxonomie se place plus dans un cadre de recherche industrielle que de recherche fondamentale, on cherche avant tout quelque chose d'utilisable.

 

2. La question de l'arborescence descendante

Au départ, on voudrait organiser les sources suivant une arborescence descendante.Or, on s'aperçoit très vite que ce n'est pas possible.

En effet :

* si l'on raisonne par arborescence descendante, la source "voiture" fait partie de la catégorie "véhicule" - autrement dit le mot "voiture" est en dessous du mot "véhicule" .

* mais il pourrait aussi faire partie de la catégorie "ville" par la filiation "ville" -> "ambiances" -> "rues" -> "voitures" ou encore "ville" -> "embouteillage" -> "voiture".

=> On peut alors se dire qu'on garde le principe d'arborescence strictement descendante, mais qu'on autorise un terme à appartenir à plusieurs catégories. Ce faisant, on cloisonne chaque terme dans plusieurs "boîtes" fermées et distinctes. Il nous faudrait alors des liens transversaux.

=> On peut effectivement combiner une arborescence descendante avec des liens transversaux - solution possible mais qui ne résoud pas le problème suivant :

* la filiation :
est aussi légitime que :

Ni le fait que le nombre de liens transversaux possibles et/ou nécessaires peut devenir tellement important que l'aborescence descendante va se retrouver comlètement noyée - par exemple, à partir de "city" :

On voit que "city" se retrouve liée avec des catégories qui n'ont rien à voir, et ce de nombreuses manières différentes.

=> On peut résoudre ces problèmes en abandonnant le principe de l'arborescence descendante, pour s'orienter vers une solution relevant plus d'un maillage qui soit, disons, plus "isotrope" que l'arborescence descendante.

 

3. Principes de la solution adoptée

On doit donc organiser un très grand nombre de sources, sources qu'il est impossible de recenser dans leur totalité - et donc qu'on ne connaît pas a priori, en tous cas pas de manière exhaustive. Ces sources sont en tous cas représentées par des mots.

* Le principe de départ est simple :"un terme est lié à d'autres termes".
Et ce, par n'importe quel type de lien. Un mot donné est donc "environné" par d'autres mots qui sont en rapport avec lui - et ce peut être n'importe quel type de rapport.

Visuellement : le mot qui nous intéresse est au centre, et, tout autour, il y a des mots associés.

* On a donc un "centre" et des "satellites".

N'importe quel terme peut servir de centre ou de satellite. Quand un terme occupe la place de "centre", on organise les "satellites" en groupes distincts, suivant les rapports qu'ils entretiennent avec le centre.

* Le réseau constitué par l'ensemble des liens que l'on définit en prenant chaque terme comme centre constitue alors la taxonomie.

Notons qu'une situation donnée de "centre - satellites" n'est qu'une représentation. Un terme qui est un satellite dans une représentation donnée peut être pris comme centre - tous les termes étant a priori équivalents - ce qui occasionnera une autre représentation avec d'autres satellites. Une seule certitude : si un terme A possède comme satellite un terme B, le terme B pris comme centre possèdera A comme satellite, puisque les deux sont directement liés.

 

4. Graphiquement....

Voici un exemple non rangé d'un ensemble "centre-satellite".

(termes relevés dans le catalogue associé à l'ensemble de 30CDs destinés au bruitage cinéma "The Hollywood Edge, the Premiere Edition" - la liste n'est évidemment pas exhaustive)

On peut ranger les satellites par groupes, et labelliser les groupes :

NB : le côté arbitraire de la constitution de ces groupes et de leur labellisation n'est nullement nié - de toutes façons, chaque utilisateur ayant un avis différent sur la question, il rangera bien les sons comme il lui plaît. Quoi qu'il en soit, le problème est discuté plus loin.

* On remarque que figurent côte à côte des termes qui, dans une représentation par arborescence descendante, seraient aussi bien au dessus - "weapons" - qu'au dessous - "16 gauge". On aurait aussi pu mettre, dans "catégories liées", "axes" ou "warriors", qui, dans une arborescence descendante, auraient été respectivement au même niveau (relation transversale) et au dessus de "guns".

* Ceci montre une nouvelle fois les limites d'une arborescence descendante, puisqu'on peut avoir besoin de transversalité (sujets liés - "axes") et que dans le cas présent, "guns" peut déjà faire partie de trois catégories : "fighting", "weapons" et "warriors".

 

Un autre exemple non rangé :

Le même, rangé :

 

5. La question des groupes de satellites

Si on compare les deux schémas rangés, on peut voir que des catégories de groupe sont communes. Par exemple, "éléments inclus dans..." veut dire la même chose que "parties spécifiques". De même, "type de..." n'est pas loin de "trademarks". On peut voir aussi que "comportement effectués par..." se rapproche de "actions diverses".

On peut alors réfléchir à la possibilité de créer des types "standards" de labels pour les groupes - ce serait très pratique.

Ceci dit, regardons l'exemple suivant :
(rangement selon le même principe du CD "Bass Legends" de la collection Spectrasonics)

Il faut avouer que les catégories n'ont rien à voir...

On peut donc réfléchir à la possibilité de créer des labels standards pour les groupes de satellite, mais avec prudence : en aucun cas ces catégories de groupes n'auront une valeur universelle. Des catégories possibles sont évoquées au paragraphe suivant et au paragraphe 7.


 

6. Trois possibles catégories de groupes de satellites

 

Il est ceci dit possible de trouver au moins 3 catégories très basiques qui, à coup sûr, seront valides pour tous les types de sources : ces catégories sont basées sur les positions relatives des termes que l'on aurait au sein d'une arborescence verticale.

 

* Prenons comme exemple le cas où "car" est le centre. On considère l'ensemble de tous les sons que l'on peut attribuer directement à une voiture, et on l'appelle "REF".

* Prenons ensuite le satellite "Volkswagen". L'ensemble des sons directement attribuables à une Volkswagen est inclus dans REF. C'est une relation verticale descendante.

* Le satellite "vehicles" : REF est inclus dans l'ensemble des sons directement attribuables à des véhicules. C'est une relation verticale ascendante.

* Le satellite "traffic" : l'ensemble des sons de circulation possède une intersection non vide avec REF. C'est une relation transversale.

* Le satellite "factory background" : l'ensemble des sons de circulation possède a priori une intersection vide avec REF. On peut considérer qu'il y a aussi une relation transversale. Le point peut être à discuter.

 

Quoi qu'il en soit, on possède au moins trois catégories certaines : vertical ascendant, vertical descendant, et transversal, respectivement notées "+", "-" et "différent de" (le caractère semble ne pas exister en HTML...). Ces catégories de groupes de satellites peuvent nous aider à apporter plus de clarté à la présentation :

 

7. Un peu de navigation...

Voyons maintenant comment de telles représentations peuvent fonctionner en pratique.

Imaginons qu'un concepteur de bande son cinéma ait besoin de créer une scène d'embouteillage avec voitures, klaxon, bus, et sirènes de pompiers. Disons qu'il commence par le mot "voiture". Cela peut donner :

On voit qu'en allant chercher "horn", un nouveau groupe, dans lequel "horn" est le centre, s'ouvre. Dans les satellites, on peut trouver, par relation transversale, "sirens".

A ce moment là, soit l'utilisateur décide d'ouvrir directement l'ensemble des sons de sirènes, soit il va voir si la représentation dont "sirens" est le centre lui offre de plus amples détails.

Notons qu'il aurait pu commencer par "traffic", auquel cas il aurait accédé à la représentation ci dessus par un satellite "cars" etc.

Notons également que si, dans le cadre du haut, "horns" est un satellite de "cars", "cars" devient un satellite de "horns" dans le cadre du bas.

 

8. Plus de détails sur les groupes de satellites / liens entre les catégories

 

Revenons à la remarque évoquée au paragraphe 3 : "Une seule certitude : si un terme A possède comme satellite un terme B, le terme B pris comme centre possèdera A comme satellite, puisque les deux sont directement liés".

Cela veut dire que si par exemple "glove compartment" est un satellite de "car", "car" doit pouvoir être un satellite de "glove compartment".

Cela veut donc dire que pour chaque label de groupe de satellites, il faut trouver le label inverse : "glove compartment" est un élément de "car", mais qu'est "car" pour "glove compartment" ?

C'est à ce niveau que se situe le véritable problème de l'élaboration d'un taxonomie : quels peuvent être les liens entre les sources, et quels sont les liens inverses correspondant ?

 

Recensons un peu les différents liens (ou labels de groupes de satellites, cela revient au même...) que l'on a pu trouver lors d'une plus grande exploration de la collection "The Hollywood Edge, the Premiere Edition&qqot;  0:
(pour les schémas rangés dans lesquels on trouve ces liens, se reporter au paragraphe 8)

 

"famille à laquelle appartient [le centre]" , "éléments appartenant à [au centre]" , "éléments associés à [au centre]" , "marque de [centre]' , "type de [centre]" , "situation dans laquelle on trouve un [centre]" , "objets contenant des [centre]" , "actions effectuées avec [centre]" , "actions effectuées par [centre]" , "comportements de [centre]" , "[centre] composé de [satellites]." , "[centre] à l'intérieur des environnements [satellites]"

 

Voilà pour les liens d'ordre général. Pour tous ces liens, on peut espérer soit trouver une réciproque, soit les grouper par 2 :

"famille à laquelle appartient [le centre]" <-> "type de [centre]"
(ex : "vehicules" = famille à laquelle appartient "voitures" <-> "voitures" = type de "véhicule")

"famille à laquelle appartient [le centre]" <-> "marque de [centre]"
(ex : "voiture" = famille à laquelle appartient "BMW" <-> "BMW" = type de "voiture")

"éléments appartenant à [au centre]" <-> "objets contenant des [centre]"
(ex : "horns" = éléments appartenant à "voitures" <-> "voitures" = objets contenant des "horns")

"éléments associés à [au centre]" <-> "éléments associés à [au centre]"
(ex : "car factory background" = élément associé à "voiture" <->"voiture" = élément associé à "car factory background")

"comportements de [centre]" <-> "entité ayant le comportement [centre]"
(ex : "boo-ing" = comportement de "crowds" <-> "crowds" = entité ayant le comportement "boo-ing")

Ce dernier exemple pouvant se reformuler :
"actions effectuées par [centre]" <-> "entité ayant le comportement [centre]"
(ex : "boo-ing" = action effectuée par "crowds" <-> "crowds" = entité ayant le comportement "boo-ing")

"actions effectuées avec [centre]" <-> "objet utilisé pour [centre]"
(ex : "gunshots" = actions effectuées avec "guns" <-> "guns" = objet utilisé pour "gunshot")

"[centre] prenant place dans [satellite]" <-> "[centre] endroit dans lequel on trouve [satellite]"
(ex : "crowd" prenant place dans "hall de gare" <-> "hall de gare" = endroit dans lequel on trouve "crowd")

"[centre] composé de [satellites]." <-> "[centre] formant [satellites]."
(ex : "crowd" composée de "children" <-> "children" formant une "crowd")

"situation dans laquelle on trouve un [centre]" <-> "objets utilisés lors de [centre]"
(ex : "fights" =
situation dans laquelle on trouve des "swords" <-> "swords" = objets utilisés lors de "fights")

... tout ceci est à organiser de manière plus rigoureuse et plus complète.


 

Et puis il y a des relations très spécifiques, comme le label "gunshot" autour du centre "guns", si l'on veut éviter le lien, fastidieux, de "guns" -> actions effectués par... -> "gunshot" -> type de... -> "dry fire", ou encore les relations ayant trait aux instruments ( "12strings" autour de "bass")(1), aux catégories vocales ("static wovels" autour de "choirs")(2), aux effets spéciaux ("lunar rains" autour de "ambient")(3).....

(1) Bass Legends, collection Spectrasonics
(2) Symphony of Voices, id.
(3) Distorted Reality, id.

Mais, dans ces cas là, on peut tout à fait utiliser, comme réciproques génériques, les liens "catégorie associée à..." quand on est en relation transversale, "type de..." quand on est en relation verticale descendante, et "famille à laquelle appartient..." quand on est en relation verticale ascendante.

 

9. Exemples de groupes centre-satellites rangés

Quelques exemples en vrac - images .gif, quelques unes sont très grandes.
A noter que parfois, les liens transversaux sont basés sur des associations d'idées relativement subjectives relevant plus des "préférences utilisateurs" que de lien rigoureux.

A noter aussi que certains exemples posent des problèmes de détail non abordés dans ce chapitre et non encore résolus.

(A partir de "The Hollywood Edge, the Premiere Edition" :)
Autour de "guns", plus complet
Autour de "crowds"
Autour de "switches"
Autour de "swords"
Autour de "telephone"

(A partir de "Bass Legends" coll Spectrasonics:)
Autour de "bass", plus complet

(A partir de "Symphony of Voices" et "Vocal Planet", coll Spectrasonics)
Ensemble de groupes ayant comme sujet commun l'utilisation de la voix chantée pour le cinéma / variétés.